La récupération d'un essaim

Un essaim récupéré tôt dans la saison a plus de chances de pouvoir se développer suffisamment avant l'hiver.

 

Un vieux proverbe d'apiculteur dit d'ailleurs,

"Essaim de Mai vaut un char de blé. Essaim de Juin vaut un char de foin. Essaim de Juillet ne vaut pas une miette !"

1. Un bel essaim forme la grappe caractéristique.

2. Choix de la meilleur possibilité d'intervention.
3. La caisse doit être approchée au plus près. 

4. Les abeilles se pressent pour rejoindre la reine.
5. En attendant les retardataires, il faut patienter... 

6. L'essaim pourra ensuite être enruché sur des cadres.

Arrivée d'un essaim d'abeilles


L'arrivée d'un essaim d'abeilles est toujours impressionnant. Le bourdonnement des milliers d'abeilles devient de plus en plus fort et les abeilles volent à perte de vue.

Une fois regroupé, l'apiculteur peut récupérer l'essaim et le placer dans une ruche.

Pourquoi les abeilles essaiment ?

Quand la ruche devient trop peuplée, une grande partie de la population décide de partir, accompagnée de leur reine, à la recherche d'une nouvelle demeure.

Ces milliers d'abeilles se posent, en formant une boule compacte (essaim), généralement sur une branche d'arbre. Elles y resteront entre 1 et 4 jours avant de redécoller en direction d'un logement adapté.

Dans l'ancienne colonie, les abeilles restantes ont anticipé ce départ en élevant une nouvelle reine qui naîtra dans quelques jours. L'essaimage est donc le moyen naturel de reproduction des abeilles.

En risquant de ne pouvoir récupérer ses abeilles et de voir la récolte de miel prétéritée, l'apiculteur combat l'essaimage par divers moyens (division des ruches, création d'essaim artificiel, changement des reines tous les 2 à 3 ans, augmentation du volume de la ruche, ...).

 

Mais parfois la nature est la plus forte et si un essaim se pose dans votre jardin, ne paniquez pas et ne le détruisez pas !

 

Gorgées de miel, les abeilles sont alors peu agressives.

© 2021 by apiculteur.ch

  • Facebook
  • YouTube